LE BIEN-ETRE ET L'HARMONIE POUR L'UNITE DE SOI EN CONSCIENCE

 

  1. La sophrologie est inspirée du yoga, du bouddhisme tibétain et du zen
  2. La sophrologie prend sa source dans le milieu neuropsychiatrique du début des années 60 où Alfonso Caycedo, médecin interne à l’Hôpital provincial de Madrid, pratique l’hypnose. Souhaitant approfondir ses travaux de recherche sur la conscience, il crée alors le département « Sophrologie ».

Puis, la sophrologie évolue et s’enrichit grâce aux différentes rencontres de son inventeur.

Une rencontre fondamentale fut celle d’Afonso Caycedo avec la phénoménologie sur laquelle il a basé sa méthode. La phénoménologie est un courant philosophique qui préconise un « retour aux choses mêmes ». C’est à dire de vivre les choses sans a priori, sans jugement ou interprétation.

A la fin des années 60, celui-ci voyage en Orient et étudie le yoga, le bouddhisme tibétain et le zen japonais. A partir de ces recherches, il met en place les méthodes spécifiques de la sophrologie visant au développement de la conscience dans la relation au corps.

  1. La sophrologie est une science

« La sophrologie est un terme créé par le professeur Alfonso Caycedo, médecin neuropsychiatre orienté par l’école de psychiatrie phénoménologique et existentielle, pour désigner une méthode scientifique qu’il a conçue pour l’étude de la conscience et pour maîtriser l’équilibre corps-esprit, avec des procédés vivantiels qui lui sont propres. »[1]

La sophrologie est donc une science composée de plusieurs techniques d’inspiration occidentale et orientale permettant de développer la conscience d’un individu. Elle repose sur l’idée que par le biais de la conscience, nous avons la possibilité d’agir sur nous-même et de nous transformer.

  1. La sophrologie est une méditation

La sophrologie nous invite à vivre le moment présent. Pour cela, de nombreux exercices proposent une rencontre avec le corps c’est à dire l’accueil des sensations « ici et maintenant » sans jugement, a priori ou analyse. La respiration en est un élément essentiel.

Tout comme la méditation, elle donne une grande importance à l’observation des sensations, perceptions, pensées et sentiments. Cette observation nous permet de développer notre conscience et ainsi de nous libérer de nos préjugés, peurs, croyances et habitudes.

  1. La sophrologie est un renforcement du positif

La sophrologie est basée sur le principe que toute action positive dirigée vers notre corps ou vers notre mental a une répercussion sur notre être tout entier.

En ce sens, elle nous apprend, par différentes techniques spécifiques, à développer les éléments positifs du passé, du présent et du futur. Il ne s’agit pas de nier les éléments négatifs mais de les mettre entre parenthèses afin de se concentrer sur les structures positives de l’individu.

L’objectif est de générer des ressentis positifs qui vont nous faire prendre conscience de notre potentiel et nous permettre de développer de nouvelles capacités (confiance en soi, capacité de concentration ou de mémorisation etc.).

  1. La sophrologie est un entraînement

Elle se pratique en séance individuelle ou collective d’une durée d’une heure environ mais peut aussi se pratiquer chez soi.

En effet, à l’image d’un sportif qui se prépare pour un marathon, la sophrologie requiert un entraînement. Le développement de nos potentiels et capacités (telle que notre capacité à être présent) suppose de répéter régulièrement les différents exercices proposés par la sophrologie. Ceux-ci sont conçus pour être aisément appliqués dans la vie quotidienne.

[1] Dominique Aubert, Richard Esposito, Pascal Gautier, Bernard Santerre, Sophrologie Lexique des concepts, techniques et champs d’application, Elsevier Masson, 2010

Source: 5 choses que vous ne saviez peut-être pas sur la sophrologie.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :