LE BIEN-ETRE ET L'HARMONIE POUR L'UNITE DE SOI EN CONSCIENCE

Archives de mai, 2015

Neale Donald Walsch: L’amour et la peur, le cercle de la vie

Tout au long de ma vie j’ai eu peur. La peur a dominé beaucoup de mes expériences. J’ai appris à avoir peur dès ma petite enfance. Mes parents et mon environnement m’ont enseigné la peur.

J’ai appris à avoir peur des choses dont mes parents avaient peur. J’ai appris à avoir peur des choses dont ma famille avait peur. J’ai appris à avoir peur des choses dont les gens autour de moi, dont ma culture et mon pays avaient peur. J’ai commencé à avoir peur de ces choses, que j’ai une raison directe d’en avoir peur ou non. La raison pour laquelle j’avais peur de ces choses était que d’autres personnes en avaient peur. Je suis parti du principe que s’ils en avaient peur, je devais moi aussi en avoir peur.

En grandissant, j’ai commencé à me séparer des émotions de ceux qui m’entouraient car je voyais l’impact que cela avait sur leur vie et je ne voulais pas que ça ait le même sur la mienne. J’ai fini par dissocier les expériences des autres des miennes. Cette transformation de mon expérience personnelle de la vie a fait un saut quantique après que j’ai eu mes conversations avec Dieu. Dans ces conversations, il m’a été dit que toutes les expériences de ma vie proviennent d’un de ces deux espaces: l’amour ou la peur. J’ai décidé de vérifier cela et j’en ai profité pour faire une expérience formidable. J’ai décidé de voir si je pouvais transformer arbitrairement mes émotions de la peur à l’amour.

J’ai choisi comme sujet une femme dont j’avais très peur. Je n’avais pas peur d’elle au sens physique du terme, mais plutôt d’un point de vue psychologique. Elle avait un rôle de pouvoir dans la communauté dans laquelle je vivais et dans l’espace dans lequel j’interagissais quotidiennement, cela me donnait l’effet qu’elle avait un grand pouvoir sur ma vie. Elle avait le pouvoir de contrôler des éléments de ma vie, ou tout au moins de les impacter à mon détriment. J’avais peur de ce qu’elle pensait de moi. J’avais peur de ce qu’elle pensait à propos de moi. J’avais peur de ce qu’elle pourrait dire aux autres à mon propos.

J’ai décidé de voir si je pouvais transformer mes émotions au sujet de cette personne, de la peur à l’amour. Par voie de conséquence, je me suis mis à écouter ce que disait cette personne dans ses conversations quotidiennes de façon beaucoup plus attentive. Je me suis mis à observer de très près ce que cette personne faisait dans ses actions journalières. Je me suis retrouvé à appréhender cette personne d’une toute autre façon, en l’observant avec un regard neuf.

En faisant cette expérience, je m’apercevais que j’avais masqué sa réelle beauté sous le florilège de mes illusions à son propos. Une fois que je l’ai vue telle qu’elle était vraiment, et non plus telle que je l’imaginais être dans ma propre vision limitée, elle se transforma comme par magie devant mes yeux. Rien n’avait changé chez elle évidemment, seul mon point de vue à son propos s’était transformé. J’ai commencé à changer ma façon d’interagir avec elle. Ma propre vibration s’est transformée à son contact. Le résultat a été miraculeux. Sa vibration s’est à son tour transformée à mon contact. Elle a commencé à sentir que ma prudence à son égard avait étonnamment  disparue. Et pendant ce temps sa prudence à mon égard s’est aussi estompée. Nous avons commencé à nous regarder l’un l’autre d’une façon dont nous ne nous étions jamais regardés.

Cette expérience m’a transformé. Nous sommes maintenant les meilleurs amis du monde. Nous nous voyons en tant que collègues et collaborateurs. Nous n’avons plus peur l’un de l’autre. Il n’y avait pas de quoi avoir peur depuis le départ, mais j’avais imaginé qu’il y avait quelque chose, et mon imagination l’avait interprété ainsi.

Cette expérience a été étonnante pour moi car elle m’a permis d’expérimenter directement la puissance de cette réalité que toutes les éléments de ma vie viennent d’un espace d’amour ou de peur. Je pensais alors, qu’en serait-il si je transformais ma vision de la peur à l’amour à propos de toutes les choses de ma vie? Je décidais d’étendre mon expérience. Mais d’abord j’avais besoin de regarder comment je pouvais transformer la peur en amour pour n’importe quelle personne,  n’importe quel endroit ou n’importe quelle chose.

En explorant cette question, je réalisais que la première étape pour changer mon positionnement d’un espace de peur à un espace d’amour était de réaliser que les deux espaces sont un seul et unique espace, simplement expérimentés à des niveaux de vibration différents. Permettez-moi de m’expliquer.

Prenez le chaud et le froid. Si nous ne faisons pas attention, nous pourrions imaginer que le chaud et le froid sont deux choses différentes. Nous pourrions parler d’eux comme étant opposés. Et en termes humains relativement normaux, d’aucun pourrait supposer que cette définition est juste. Mais en réalité, le froid et le chaud sont simplement la même chose expérimentée à des degrés différents. Nous parlons d’une condition appelée température. Cette condition peut être expérimentée de multiples façons différentes selon sa vibration. « Froid » est la condition appelée température à une certaine vibration. « Chaud » est une expérience de la température à une toute autre et différente vibration. Rien n’a changé hormis la vibration elle-même. Plus la vibration est haute, plus l’expérience de cette chose appelée température est chaude.

Il en est de même avec cette chose appelée la Vie. Expérimentée à un certain niveau de vibration, la Vie paraît effrayante. Expérimentée à un niveau de vibration plus haut, la Vie paraît tel l’amour. La Vie elle-même est une seule chose. Ce ne sont pas deux choses séparées, mais une seule et unique chose. Jusqu’ici nous expérimentons cette chose unique différemment d’un moment à l’autre selon le degré où nous l’exprimons. Maintenant ce qu’il y a de magnifique à propos de la vie, c’est que nous contrôlons le mécanisme par lequel nous décidons de quel degré nous expérimentons. Nous pouvons tourner le cadran « comme si c’était » à notre propre avantage. Nous pouvons sélectionner une « température émotionnelle » de façon assez arbitraire. Nous faisons cela au travers des mécanismes de pensée, de mot et d’action – les trois outils de la création.

Quand je pense de façon aimante, que je dis les choses de façon aimante, et que je fais ce que l’amour ferait, je transforme littéralement la vibration autour d’une personne, d’un endroit ou d’une chose. Je change ma perception et en même temps je change mon expérience de cette personne cet endroit ou cette chose. Désormais il a été dit que tout le monde peut être aimé. Et si tout le monde aimait tout le monde et faisait des choses aimantes à tout le monde – c’est à dire, si nous nous aimions simplement les uns les autres- toutes les situations négatives de cette planète seraient guéries. Personne ne tuerait autrui. Personne n’abimerait, ne ferait de mal ou ne chercherait à détruire les autres. Personne ne se cacherait des autres. Et personne n’aurait peur des autres, ni ne ferait les choses que la peur encourage.

Tout ce que nous avons alors besoin de faire, c’est de nous positionner sur un espace différent dans la continuité de la vie. La vie est une continuité. C’est un cercle, pas une ligne droite avec un début et une fin. Le cercle de la vie évolue de ce que nous appelons la peur à ce que nous appelons l’amour, dans un flux continu. Ce n’est pas une ligne droite avec la peur à une extrémité et l’amour à l’autre. C’est une réalité circulaire qui navigue de l’une à l’autre dans un mouvement continu où tout n’est qu’un.

Quand nous voyons que la peur et l’amour sont la même chose exprimée à des niveaux différents de conscience, ou de vibration, nous comprenons que le bien et le mal sont aussi la même chose expérimentée à divers niveaux de conscience, ou de vibration. Ceci nous permet de comprendre plus en profondeur le communiqué transmis dans Conversations avec Dieu selon lequel « Hitler est allé au Paradis ».

Quand nous entendons pour la première fois une phrase de cet ordre, nous nous demandons comment une telle chose est possible. C’est seulement quand on voit que tout dans la vie est continuité, et qu’aucune chose n’est séparée d’une autre, que l’on peut comprendre cette affirmation toute en profondeur au sujet de la Réalité Ultime.

Les maîtres sont ceux qui comprennent de telles choses. Par conséquent ils ne jugent pas et ne condamnent pas. A un maître, l’affirmation « Hitler est allé au Paradis » serait une évidence. Bien sûr qu’Hilter est allé au Paradis dirait un maître. Où donc est-ce qu’Hitler aurait pu aller? Qu’y a-t-il d’autre? Désormais, même le Paradis peut être expérimenté de façon cauchemardesque. Cela dépendrait complètement de la perception de l’essence individuelle de la vie et de son évolution au travers des expériences. Cette compréhension n’est exprimée nulle part de façon aussi claire et simple que dans le magnifique film de cinéma « Au-delà de nos rêves« , produit par Stephen Simon et Barnet Bain et interprété par Robin Williams. Ce film, sorti il y a plusieurs années, est devenu un classique. Si vous ne l’avez pas vu, posez l’intention de le faire. Il révèle une grande vérité. Cette vérité est que l’enfer n’existe pas, excepté comme une fonction et une création de notre propre esprit. C’est un endroit d’où nous pouvons sortir dès l’instant où nous transformons notre perception et changeons notre point de vue.

En d’autres termes, quand nous changeons notre pensée dominante, l’enfer devient le paradis et le paradis devient tout ce qui est. Dans l’expérience humaine, il n’y a que deux pensées dominantes: l’amour et la peur. Dans ma propre vie, cette révélation qui m’est venue par Conversations avec Dieu, m’a transformé. Cela a tout changé. Et je dois à cette simple vérité la transformation qui s’est opérée en moi. C’est uniquement quand je retombe dans la vibration de la peur que ma réalité intérieure et extérieure devient de nouveau plus petite, me réduisant à l’ombre de moi-même.

Neale Donald Walsch
Un grand merci à Fleur pour la traduction de ce texte
Source: The CWG Foundation Weekly Bulletin N°642

 http://www.humanitysteam.fr

Publicités

Deepak Chopra: les 10 clés du bonheur

Voici mes 10 clés du bonheur:

1. Écoutez la sagesse de votre corps qui se traduit par des signaux de confort et d’inconfort. Lors du choix d’un certain comportement, demandez à votre corps, « Comment te sens—tu à ce sujet? » Si votre corps envoie un signal de détresse physique ou émotionnelle, faites attention. Si votre corps envoie un signal de confort et d’empressement, allez-y.

2. Vivez dans le présent, car c’est le seul moment que vous avez. Gardez votre attention sur ce qui est ici et maintenant. Cherchez la plénitude dans chaque moment. Acceptez ce qui vient à vous totalement et complètement de sorte que vous pouvez apprécier, apprendre de lui, puis laissez-le aller. Le présent est comme il se doit. Il reflète les lois infinies de la nature qui vous ont apporté cette pensée exacte, cette réponse physique exacte. Ce moment est tel qu’il est parce que l’univers est comme il est. Ne luttez pas contre le système infini des choses. A la place, ne faites qu’un avec lui.

3. Prenez le temps de vous taire, de méditer, de calmer le dialogue interne. Dans les moments de silence, réalisez que vous recontactez votre source de conscience pure. Prêtez attention à votre vie intérieure de sorte que vous puissiez être guidé par l’intuition plutôt que des interprétations imposées de l’extérieur de ce qui est ou pas bon pour vous.

4. Renoncez à votre besoin d’approbation externe. Vous êtes seul juge de votre valeur, et votre but est de découvrir une valeur infinie en vous-même, peu importe ce que pense autrui. Il y a une grande liberté dans cette réalisation.

5. Lorsque vous réalisez que vous réagissez avec colère ou en opposition à toute personne ou toute circonstance, prenez conscience que vous luttez seulement qu’avec vous-même. Le fait de mettre en place de la résistance est la réponse de défenses créées par de vieilles blessures. Lorsque vous renoncerez à cette colère, vous serez votre propre guérison et coopérerez avec le flux de l’univers.

6. Sachez que le monde « là dehors » reflète votre réalité « ici. » Les personnes avec lesquelles vous réagissez le plus fortement, que ce soit avec de l’amour ou de la haine, sont des projections de votre monde intérieur. Ce que vous détestez le plus est ce que vous niez le plus en vous-même. Ce que vous aimez le plus est ce que vous souhaitez le plus en vous-même. Utilisez le miroir des relations pour guider votre évolution. L’objectif est la connaissance du soi total. Lorsque vous atteignez cela, ce que vous voulez le plus apparaitra automatiquement, et ce envers quoi vous avez le plus d’aversion disparaîtra.

7. Débarrassez-vous du fardeau de jugement – vous vous sentirez beaucoup plus léger. Le jugement impose le bien et le mal sur des situations qui sont, tout simplement. Tout peut être compris et pardonné, mais quand vous jugez, vous vous coupez de votre compréhension et stoppez le processus d’apprendre à aimer. En jugeant les autres, vous réfléchissez votre manque d’acceptation de soi. Rappelez-vous que chaque personne à qui vous pardonnez ajoute à l’amour de soi.

8. Ne contaminez votre corps par des toxines, soit avec la nourriture, la boisson, ou les émotions toxiques. Votre corps est plus qu’un système de survie. Il est le véhicule qui vous transportera sur le chemin de votre évolution. La santé de chaque cellule contribue directement à votre état d’être ainsi, parce que chaque cellule est un point de prise de conscience dans le domaine de la sensibilisation qui est vous.

9. Remplacez le comportement motivé par la peur par le comportement motivé par l’amour. La peur est le produit de la mémoire, qui réside dans le passé. Se souvenir de ce qui nous a fait mal avant, nous dirige vers nos énergies veillant à ce que une vieille blessure ne se répète pas. Mais essayez d’imposer le passé au présent ne fera jamais disparaître la menace d’être blessé. Cela arrive seulement quand vous trouvez la sécurité de votre propre être, qui est l’amour. Motivé par la vérité à l’intérieur de vous, vous pouvez faire face à toute menace parce que votre force intérieure est invulnérable à la peur.

10. Comprenez que le monde physique est juste le miroir d’une intelligence profonde. L’intelligence est l’organisatrice invisible de toute matière et de toute énergie, et depuis une partie de cette intelligence réside en vous, que vous partagez dans le pouvoir d’organisation du cosmos. Parce que vous êtes relié de manière indissociable de tout, vous ne pouvez pas vous permettre de polluer l’air et l’eau de la planète. Mais à un niveau plus profond, vous ne pouvez pas vous permettre de vivre avec un esprit toxique, parce que chaque pensée provoque une impression sur l’ensemble du domaine de l’intelligence. Vivre en équilibre dans la pureté est le plus grand bien pour vous et pour la Terre.

Deepak Chopra
Titre original: Ten Keys to Happiness
Un grand merci à Philippe pour la traduction de cet texte

Renouer avec la Conscience


Nous navons pas besoin davoir des solutions pour tous les maux de la Terre.
Nous devons éliminer les causes du problème et ce sont lignorance et larrogance.
Ceux-ci sont des partenaires indissociables dans la guerre à la conscience humaine et lintelligence innée.
La stupidité de lignorance ne peut survivre que grâce laveuglement de larrogance.
Ils ont besoin lun de lautre pour assurer leur prospérité mutuelle

Einstein a dit :

« Celui qui suit la foule nira généralement pas plus loin que la foule. Celui qui marche seul est susceptible de se trouver dans des lieux où personne naura jamais été. « 

« En suivant la foule » représente comment nous nous sommes retrouvés sur la corde raide et pour éliminer la cause du problème, nous avons besoin dun réveil et dune prise de conscience massive, concernant la limitation à toutes possibilités.

Il ny a pas de limites au possible, seulement un sens du possible.

Nous nous limposons à nousmêmes ainsi nous pouvons aussi nous libérer de cette restriction débilitante.
Da Vinci a dit :

«Les plus grandes déceptions dont souffrent les hommes proviennent de leurs propres opinions» 

Oui et que sont les opinions
Elles ne sont que le résultat dexpériences personnelles, de préjugés et de perception de la connaissance, et pourtant elles se transforment discrètement en « fait » consolidé

La plupart des sciences et de la quasitotalité de la perception du public des «faits» ne sont à peine plus quune opinion et supposition répétée dans lacceptation générale.
Il nexiste aucun moyen pour pouvoir éviter ce qui est prévu pour lhumanité à moins de mettre de côté les œillères de la croyance et de laisser le pouvoir de linformation et la perspicacité nous dicter le sens des réalités à la place de la perception programmée.
Nous ne pouvons pas changer le monde tant que nous ne nous changeons pas parce que le monde nest quune expression collective de lensemble des humains.
Vous pouvez faire toutes les marches de protestation et les manifestations que vous voulez, mais sans une expansion de conscience nous allons rester comme un hamster sur sa roue, à cause de cette ignorance programmée.

Actuellement, la grande majorité des gens sont victimes de leur propre myopie et ne peuvent voir audelà de leur race, de leur culture, de leur religion, de leur travail, de leur préférence politique, de leur sexualité et de la programmation de la société.
Quelques rares personnesquoiquen forte croissance numérique voient tout cela comme une diversion pour nous détourner la vue de la grande image de contrôle et dabus de TOUTES les races, cultures, religions, emplois, préférences politiques, sexualités et des programmes de la société mondiale.
Ils y voient aussi un détournement de la plus grande vérité qui dit que nous sommes tous UNE même Conscience avec des expériences différentes.

Cest aussi lopinion de Da Vinci : lhumanité doit apprendre à voir et réaliser que toute chose se connecte à tout le reste.
Pour la majorité, une perception déformée basée sur lignorance est la seule vérité, et la connaissance et léveil sont une hérésie.
La Connaissance et lEveil sont dangereux pour toute autorité, car, par définition, cela signifie que les gens relient les points et voient ce quils sont réellement lorsquils sont tous connectés ensemble.
Une fois que tout cela devient clair, tous les aspects de lautorité et les systèmes de croyances sur lequel ils sappuient, viennent sécraser en une bouleversante explosion.
Si vous êtes un rouage, mais que vous vous voyez vousmême et les autres dents du rouage en tant quindividus réalisant chacun ses propres affaires, vous ne verrez jamais ce qui se passe réellement.
Mais une fois que vous voyez la machine, votre perception est immédiatement transformée et la vraie nature de votre existence quotidienne devient une évidence aveuglante.

Léducation, la science, la médecine, la politique et les médias sont toutes fondées sur une croyance du connu.
Le connu est essentiellement un domaine holographique de ce quon appelle le monde physique, et linconnu est linfini invisible des ondes dinformation et de pure conscience à partir desquelles lillusion holographique est décodée et révélée.
Le connu est du domaine des cinq sens puisje le voir, lentendre, le toucher, le goûter ou le sentir ?
Ces questions deviennent donc les arbitres de lexistence perçue ou de la non-existence.
Léducation consiste à enseigner le « connu » aux prochaines générations de «connaisseurs» programmés tandis que les universitaires, les scientifiques et les médecins sont considérés avec respect parce quils sont perçus comme en sachant plus que dautres sur le connu.

Mais ce questce que le «connu» ?
Cest ce quils croient être connu, ce quils ont dit être connu et rien de plus.
On savait que la Terre était plate et ce «connu» a été prêché et imposé pendant de nombreuses générations dans les principaux centres « déducation« ; mais cétait tout de même faux.
Le connu est simplement « ce que je crois être connu« , et il est le fondement même de la société humaine.
Vous ne pouvez vraiment apprendre quen découvrant linconnu.
Tout le reste est de la répétition.

Lorsque votre emploi, le statut et même le sens de soi et de la sécurité proviennent du connu, il y a une incitation sousjacente à ignorer ou à dénigrer linconnu.
Le connu fait peur à linconnu, car plus linconnu révèle ses secrets, plus le connu perd de sa toute-puissance et sa domination sur la perception.
Ce qui est drôle cest quand ce qui est perçu comme le connu est simplement une invention décodée de limagination dinconnus. Le rêve est le rêveur, mais on ne peut voir que le rêve.
Le connu est linconnu, mais on ne peut voir que le connu.
Ce «connu», lillusion holographique, est lendroit où les gens inventent et vénèrent leurs croyances, tandis que le domaine des ondes de la pure Conscience unit tout le monde pour ne former quUN. 

Les exigences du système de contrôle pour maintenir sa survie demande que la mentalité d »ignorance soit maintenue en permanence et ainsi les «visionnaires» ont toujours été recherché et été la cible des autorités du moment.
Les véritables visionnaires sont si immensément menaçant pour lordre dominant quils doivent ficeler la perception humaine et lattacher à lhologramme.

Voici quelques définitions de  «normal» :

Conforme avec, en adhésion avec, ou constituant une norme, un standard, un modèle, un niveau, ou type; typique.

Ayant trait à ou caractérisant une intelligence ou un développement moyen.

libre de toute maladie mentale; sain desprit. 

Ainsi, «normal» est conforme à une norme ou à un modèle typique.

Mais qui dicte et constitue les «normes et les standards»
Les perceptions et les comportements de la majorité.
Ce sont les perceptions et les comportements de la majorité qui deviennent la norme et les standards «normaux».
Le terme est également « caractérisé par une intelligence ou développement moyen » et donc être dune intelligence supérieure à la moyenne fait de vous quelquun danormal.
Et voici la chuteêtre normal cest être « libre de toute maladie mentale; sain desprit ».
Tout est inversé, comme dhabitude.

Pour être libre de toute maladie mentale et sain desprit il faut se conformer à, adhérer à, ou constituer une norme, un standard, un modèle, un niveau ou un type; être typique; et se rapporter ou être caractérisé par une intelligence ou un développement moyen.

Mais comment définissentils une intelligence ou un développement moyen ?

Il sagit de la moyenne par rapport à tous ceux qui croient en la perception du connu.
Ceux qui voient audelà du «connu» sont, par définition, trop intelligent pour être considéré comme «normaux», mais pas assez normaux pour être considérés comme « indemne de toute maladie mentale; être sain desprit« .
Cest tordant.

Si vous êtes né dans une maison de fous, et que vous ne connaissez rien dautre, alors pour vous, la folie est normale. Le fou demeure encore fou, mais cest un fou « normal » se faisant passer comme étant en bonne santé mentale.

Bienvenue sur la planète Terre, une standard, typique, normale, maison de fous dans laquelle les civils sont bombardés pour se protéger contre la violence, les enfants meurent de faim dans un monde dabondance, les gens empruntent de largent qui nexiste pas et payent des intérêts sur lui, la nourriture est une forme de poison et ses pensionnaires ne peuvent pas voir comment ils se font complètement rouler parce quils sont trop occupés suivre leur équipe de football et à regarder Eastenders et X Factor.


SIGNATURE VALERIE MADEJ

Source http://quanta-la-vie.com/developpement-personnel/renouer-avec-la-conscience-1ere-partie/

Pourquoi et comment vivre votre moment présent?

Voici quelques questions auxquelles je vous suggère de répondre avant de continuer à lire cet article:

~ Pourquoi la plupart d’entre nous trouvent leur motivation seulement dans la peur ou la perte?

~ Pourquoi attendons-nous d’être malades avant d’apprécier le miracle de la vie?

~ Pourquoi avons-nous peur de perdre quelque chose avant même d’en jouir?

~ Pourquoi attendons-nous que notre partenaire nous quitte pour réaliser à quel point nous l’aimons?

~ Pourquoi remettons-nous nos désirs à plus tard comme si nous avions tout le temps du monde?

Est-ce que ces questions vous interpellent? Quelles sont vos réponses? 

Les deux raisons principales de l’incapacité de jouir et de profiter de chaque instant de notre vie sont la peur et la culpabilité qui sont sans cesse alimentées par nos croyances, par l’ego. 

Vivre dans le moment présent signifie être en contact avec ce qui se passe à ce moment précis sans s’inquiéter pour le futur, ni penser au passé. Mais il faut bien s’occuper du futur, direz-vous. Vous avez raison, on peut planifier son avenir et avoir des projets. Toutefois, il y a une différence entre planifier et s’inquiéter. 

Si vos pensées sont empreintes de peur ou de culpabilité lorsque vous planifiez quelque chose, il est certain que vous ne pouvez être en contact avec ce qui vous habite profondément. Ainsi, vous n’agirez pas selon vos vrais besoins. Ce sera la peur qui décidera pour vous. Par contre, si l’idée d’un projet futur vous enthousiasme beaucoup, vous prendrez les bonnes décisions durant la planification, car vous serez dans le moment présent. Vous ne ressentirez ni peur ni culpabilité par rapport à vos désirs même s’ils peuvent vous paraître injustes envers les autres par exemple. 

On dit bien Pourquoi s’en faire pour le futur alors que personne au monde ne le connaît? Surtout depuis que nous sommes dans l’ère du Verseau, tout change très rapidement et nous devons toujours être prêts à nous adapter. Rien ne vous empêche de planifier, mais faites-le en fonction de qui vous êtes à ce moment. Vous devez vous permettre de changer d’idée et de vouloir autre chose plus tard. Pourvu qu’une idée vous enthousiasme beaucoup, vous savez que vous écoutez un besoin de votre être. 

Il est donc inutile de vous sentir coupable quand vous changez d’idée. Je connais plusieurs personnes qui n’osent pas aller de l’avant, car elles pensent devoir admettre qu’elles se sont trompées. En réalité, elles ne se sont pas trompées, leur décision était juste au moment où elles l’ont prise. C’est comme si vous achetiez un vêtement parce que vous l’aimez et que deux ans plus tard vous vous en vouliez de l’avoir acheté parce qu’il ne vous plaît plus et que vous croyez avoir commis une erreur. 

Quand vous vivez dans le moment présent, il n’y a pas d’erreurs dans votre vie, il n’y a que des expériences. 

Il est certain que ce n’est pas facile de toujours être en contact avec le moment présent. Il y a beaucoup d’interférences, le plus important étant notre ego qui entretient des pensées d’inquiétude, de peur, de culpabilité. Nous vivons dans un monde de stress, d’anxiété, de tension, de maladies. De plus, quand nous pensons au passé, nous vivons des regrets, des rancunes, de l’amertume et de la tristesse. Voilà pourquoi il est important d’être alerte à ce que vous vivez. Aussitôt que vous vous rendez compte que vous pensez au passé ou appréhendez le futur, je vous invite à prendre trois grandes respirations et à reporter votre attention sur ce qui se passe à cet instant même. 

Les avantages que vous aurez à être centré seront de vivre pleinement au présent et d’être dans la lumière. C’est dans ces moments que surviendront les bonnes idées et les conseils pour vous diriger vers vos besoins. 

Mais que fait-on quand on n’aime pas ce qui se passe en ce moment? Je sais que notre vie ne reflète pas toujours nos préférences. Le seul moyen que je connaisse pour demeurer dans le présent durant les situations moins agréables est de demeurer observateur. Être observateur signifie de vous regarder ainsi que la situation ou les personnes, comme si vous regardiez un film. Vous observez ce qui se passe aux plans physique, émotionnel et mental. Physiquement : que ressentez-vous dans votre corps? Émotionnellement : prenez contact avec les sentiments qui surgissent en vous ou que vous pouvez détecter chez les autres. Mentalement : quelles sont vos pensées, vos peurs, vos inquiétudes? 

Être observateur signifie ne porter aucun jugement sur ce que vous observez. Vous mettez ainsi toutes les chances de votre côté pour découvrir ce que vous avez à apprendre de cette situation désagréable. Et rappelez-vous que tout est temporaire. 

Faire une rétrospective à la fin de la journée peut vous aider à prendre conscience des situations où vous n’avez pas réussi à rester dans le moment présent. Donnez-vous simplement le droit de ne pas avoir été capable de le faire à ces moments-là. 

Plus vous vous acceptez lorsque vous êtes tel que vous ne voulez pas, plus vite vous serez capable d’être tel que vous le voulez.

Avec amour,  Lise Bourbeau 

viaÉcoute ton corps :: Pourquoi et comment vivre votre moment présent?.

%d blogueurs aiment cette page :