LE BIEN-ETRE ET L'HARMONIE POUR L'UNITE DE SOI EN CONSCIENCE

Archives de décembre, 2013

Comment le cœur influence notre pensée

Par Claude Deglon directeur de la société P.I Conseil et expert en cohérence cardiaque

La plupart d’entre nous ont appris à l’école que le cœur doit s’adapter aux « ordres » envoyés par le cerveau sous la forme de signaux neuronaux. Dans la réalité le coeur envoie plus d’informations au cerveau que le cerveau n’en envoie au cœur! Ces signaux cardiaques ont un effet significatif sur la fonction cérébrale. Ils influent sur le traitement émotionnel ainsi que sur les facultés cognitives comme l’attention, la perception, la mémoire et la résolution de problèmes.

En d’autres termes, non seulement le coeur s’adapte à la demande du cerveau, mais le cerveau réagit aussi en permanence au cœur.

L’effet de l’activité cardiaque sur la fonction cérébrale a fait l’objet de recherches intensives depuis environ 40 ans. Les recherches avaient porté principalement sur les réactions de l’activité cardiaque sur un temps très court. Les scientifiques de l’Institut HeartMath ont étendu leur recherche en regardant comment l’activité cardiaque affecte le fonctionnement du cerveau.

Les recherches HeartMath ont démontré que différents modes de l’activité cardiaque (qui accompagnent les différents états émotionnels) ont des effets distincts sur la fonction cognitive et émotionnelle. Lors d’un stress ou lorsque apparaissent des émotions désagréables, la courbe du rythme cardiaque devient irrégulière et désordonnée. Les signaux neuronaux du cœur qui vont vers le cerveau inhibent les fonctions cognitives supérieures. Cela limite notre capacité à penser clairement, se souvenir, apprendre, raisonner et prendre des décisions efficaces. (Cela explique pourquoi nous agissons de manière impulsive et imprudente quand nous sommes sous stress.). Le cœur durant l’apparition des émotions stressantes ou négatives a également un effet profond sur le processus d’apprentissage du cerveau en renforçant l’expérience émotionnelle de stress.

A l’opposé, lors d’émotions agréables, le graphe du rythme cardiaque est plus ordonné et stable. Il a alors l’effet inverse :  il optimise les fonctions cognitives et renforce des sentiments agréables et notre stabilité émotionnelle. Cela signifie qu’apprendre à générer une plus grande cohérence cardiaque, en soutenant des émotions agréables ou positives, non seulement a des avantages sur l’ensemble du corps, mais affecte aussi profondément la façon dont nous percevons, pensons, sentons, et agissons.

Source : Comment le cœur influence notre pensée | Coherence-Coeur.com.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :